cclm

Travaillons ensemble pour un lac en santé
COMITÉ DES CITOYENS DU LAC MANDEVILLE
Aller au contenu
LE LAC
HISTORIQUE

Vers les années 1820, Maximilien Mandeville commence le défrichement d'une terre sur les rives du lac Mandeville (anciennement connu sous le nom de petit lac Maskinongé, puis 1er Mandeville). En 1903, les premiers colons s'y installent et commencent les premières activités agricoles et résidentielles. Villégiateurs et agriculteurs profitent à loisirs de la beauté du lac et de sa richesse (pédalo, baignade, pêche...). Voici une brève chronologie des activités et actions prises tout au long du temps pour tenter d'améliorer et de conserver ses qualités environnementales.

1903-1986
• 1903, installation des premiers colons au 1er Mandeville;
• 1950, défrichage du tour du lac et mise en culture des terres ; présence d’un poulailler industriel et d’un moulin à scie;
• 1955, début de la villégiature;
• 1962, diagnose du lac par le Ministère de la Faune: lac très poissonneux, grande diversité d’espèces et observation des premiers signes    d’eutrophisation;
• 1967, étude bathymétrique et diagnose du lac par le Ministère du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche: lac peu profond;
• juin 1971, premiers échantillonnages du lac Mandeville dans le cadre d’une étude bactériologique: présence de coliformes, rives déboisées,    côte IDEC D. On recommande la création d’un comité de lac et la mise en règle des fosses septiques;
• 1978, première campagne de contrôle des fosses septiques autour du lac par la Municipalité de Mandeville.

1987-2002
• 1987, autorisation par le Ministère de l’Environnement pour l’établissement et l’exploitation d’un élevage porcin de 200 truies et 1200 porcelets;
• 1993, dégradation marquée de la qualité de l’eau. La Municipalité de St-Charles-de-Mandeville mandate le Service d’aménagement de la MRC    de d’Autray pour échantillonner l’eau du lac, trouver les sources de pollution et proposer des solutions;
• 1994, création du comité des citoyens du lac Mandeville;
• novembre 1995, Étude sur la dégradation de la qualité de l’eau du lac Mandeville réalisée par Labexcel inc. à la demande de la Municipalité de    St-Charles-de-Mandeville;
• novembre 1995, autorisation donnée par le Ministère de l’Environnement à Ferme Rechamayakayajo, située à quelques centaine de mètres du    lac Mandeville, pour l’exploitation d’un nouvel établissement de production porcine. Le cheptel est modifié, (340 truies et 1025 porcelets), le    nombre d’unités suidées autorisées quant à lui reste inchangé, soit 290;
• 1996-2000, vérification et mise à l’ordre des fosses septiques selon les normes, tel que demandé par la municipalité;
• septembre 2001, autorisation donnée par le ministère de l’Environnement à l’entreprise Cérémax Mandeville, entité de la ferme porcine , pour    la modification et l’exploitation d’un bâtiment d’élevage de 338 m2 en vue de remplacer le type d’élevage pour garder 300 cochonnets soit 75    unités animales de suidés sur litière mince, l’exploitation d’un bâtiment d’une superficie de 196 m2 servant de salle d’attente pour une période    de 1 jour par élevage et l’aménagement et l’exploitation d’un ouvrage d’entreposage des fumiers muni d’une toiture.

2003-2004
• 29 juillet 2003, prélèvement d’échantillon d’un bloom par le ministère de l’Environnement à la suite d’une plainte d’un citoyen (résultats : 28 868 068 cyanobactéries/ml dont 31% d’Anabaena et 17% de Microcystis)
• février 2004, réactivation du comité des citoyens lac Mandeville;
• février 2004, Plan de restauration du lac Mandeville, (Étude de préfaisabilité) réalisée par HBA Environnement à la demande de la municipalité et présentée au printemps 2004 aux citoyens. Estimé des coûts des différents travaux préconisés, communiqué en 2006.
Prévisions budgétaires pour les interventions en cours d’eau : 388 260 $; en rive : 104 571 $; en milieu lacustre : de 0 à 1 050 050 $ selon le volume et l’épaisseur de sédiments à draguer;
• février 2004, essais de dragage sur glace du lac réalisés par Priscillia Fortier, ing. jr.. Constitution des sédiments extraits : matériel organique en décomposition anaérobie dont l’aspect et l’odeur s’apparentent à ceux du lisier;
• 2004, demande de subvention pour réaliser la diagnose et un projet pilote de restauration rédigée et financée directement par la firme Teknika HBA;
• été 2004, première participation au Réseau volontaire de surveillance des lacs du ministère de l’Environnement, station 75. Résultats : Moyennes pour l’année 2004 : Transparence estivale moyenne (profondeur du disque de Secchi) : 0,8 m ; Données physico-chimiques : Phosphore total : 51,1 μg/l, Chlorophylle a : 55 μg/l, Carbone organique dissous : 4,5 mg/l

2005-2006
• mai 2005, proposition par Teknika HBA à la municipalité d’une étude de faisabilité pour abaisser le niveau du lac pour un éventuel dragage du lac ;
• été 2005, résultats des relevés du RSVL. Moyennes pour l’année 2005 : Transparence estivale moyenne (profondeur du disque de Secchi) : 1,6 m ; Données physico-chimiques : Phosphore total : 27 μg/l, Chlorophylle a : 20 μg/l, Carbone organique dissous : 4,7 mg/l;
• janvier 2006, demande de la municipalité à Teknika HBA d’une proposition pour la caractérisation du lac. Coût estimé de la caractérisation : 75 000 $ ;
• janvier 2006, rédaction par Priscillia Fortier, ing. jr, d’un estimé budgétaire pour une étude de faisabilité du dragage du lac Mandeville. Coût total estimé : 69 916 $ dont 35 409 $ pour la caractérisation des sédiments ;
• janvier 2006, demande de création du comité consultatif de sous bassin versant de la Rivière Mandeville par le comité des citoyens du lac Mandeville à AGIR Maskinongé;
• 7 février 2006, émission d’un avis de motion par la municipalité pour le dépôt d’un règlement « décrétant la réalisation d’une étude de préfaisabilité afin de restaurer le lac Mandeville, décrétant un emprunt maximal de 70 000$ et décrétant l’imposition d’une tarification, telle tarification étant imposée à tous les contribuables du Lac Mandeville, aux fins d’assurer le remboursement de cet emprunt sur une période de 5 ans. » ;
• 22 février 2006, demande formelle au MDDEP, par le Comité des citoyens du lac Mandeville, d’un plan d’action structuré pour la restauration du lac Mandeville ;
• 22 février 2006, rejet par le MDDEP de la demande d’autorisation de la municipalité et du Groupe HBA experts-conseils pour l’intervention sur le lac Mandeville pour la réalisation d’une étude de faisabilité pour le dragage du lac et confirmation par le MDDEP, qu’aucune subvention n’est envisagée ni pour la réalisation des travaux de caractérisation, ni pour ceux éventuels de dragage ;
• mars 2006, retrait par la municipalité de l’avis de motion (Lac Mandeville) du 7 février 2006 ;
• mars 2006, émission par la municipalité d’un permis de lotissement pour la construction d’une résidence en bordure du lac dans une zone où l’on constate la présence d’herbes aquatiques jusqu’au chemin. En août 2006, le Comité des citoyens du lac Mandeville demande à la municipalité des précisions sur les conditions d’émission de ce permis au regard de la détermination de la ligne des hautes eaux. Réponse de la municipalité, le 13 septembre 2006 : « Nous vous informons qu’aucun document ne correspond à votre demande au sujet de la ligne des hautes eaux. »;
• août 2006, demande au MDDEP par la municipalité de la modification du zonage des 2 lots en bordure du lac pour la construction de 29 condominium. Le comité des citoyens du lac Mandeville demande au MDDEP de rejeter la demande;
• été 2006, résultats des relevés du RSVL. Moyennes pour l’année 2006 : Transparence estivale moyenne (profondeur du disque de Secchi) : 0,9 m ; Données physico-chimiques : Phosphore total : 29,7 μg/l, Chlorophylle a : 53 μg/l, Carbone organique dissous : 4,1 mg/l;
• été 2006, premier avis de la Direction de la Santé publique recommandant de ne pas utiliser le lac à des fins récréatives. Avis levé le 29 mai 2007;
• automne 2006 inventaire des puits par la municipalité

2007-2008
• février 2007, rejet par le MDDEP d’une demande de révision des certificats d’autorisation d’épandage autour du lac déposée par le Comité des citoyens du lac Mandeville;
• 19 mai 2007, analyse de l’eau de 23 puits résidentiels et du ruisseau Paquin. 8 puits présentent un taux de phosphore supérieur à 0.02 μg/l, le ruisseau Paquin : 0.161 μg/l (Résultats complets présentés à l’AGA 2007) ;
• 14 juin 2007, émission par la Direction de la Santé publique d’une recommandation demandant aux citoyens d’évaluer l’état du lac avant de l’utiliser à des fins récréatives ;
• 9 août 2007, présentation du lac et de sa problématique à Line Beauchamp, ministre de l’Environnement, par le comité des citoyens du lac Mandeville;
• été 2007, résultats des relevés du RSVL. Moyennes pour l’année 2007 : Transparence estivale moyenne (profondeur du disque de Secchi) : 0,7 m ; Données physico-chimiques : Phosphore total : 43 μg/l, Chlorophylle a : 128 μg/l, Carbone organique dissous : 5,2 mg/l;
• 12 septembre 2007, dépôt du règlement de contrôle intérimaire relatif à la production porcine par la MRC de d’Autray;
• mars 2008, Plan d’amélioration de la qualité de l’eau en milieu agricole 2008-2017;
• avril 2008, adoption d’un règlement municipal pour la prise en charge par la municipalité du suivi et de l’entretien des fosses septiques, frais engagés facturés aux résidents sur les comptes de taxes;
• juin 2008, adoption d’un règlement municipal pour l’aménagement des bandes riveraines résidentielles;
• 6 juin 2008, dépôt d’une proposition de projet pilote pour la restauration du lac Mandeville au MDDEP par la municipalité de Mandeville et le comité des citoyens du lac Mandeville. La municipalité a confié à la firme HBA- Experts Conseils le mandat d’élaborer la proposition;
• 13 juin 2008, présentation par AGIR Maskinongé des plans directeurs de l’eau des bassins versants des rivières Maskinongé et Mandeville;
• 25 août 2008, rejet de la proposition de projet pilote par le MDDEP;
• août 2008 – à ce jour, le MAPAQ réalise un projet pilote afin d’identifier les bandes riveraines et les zones d’érosion sur les terres en bordure du ruisseau Paquin et de la rivière de charge en provenance du lac Deligny.

2008 à aujourd'hui  (à suivre)
Tout droits réservés, Comité des Citoyens du Lac Mandeville
Conception:  J. Laliberté

Retourner au contenu